Nouvelles de Vienne - AUTRICHE

Nous avons   2 ESI parties depuis début septembre à Vienne en AUTRICHE.

Voici le premier retour de Chloé :  
" Mon stage se passe bien. L’équipe est très accueillante. Je suis actuellement en salle de réveil, dans un hôpital orthopédique privé. La salle de réveil accueille des patients provenant de 9 blocs opératoires. Les pathologies adultes et les chirurgies se ressemblent toutes (principalement des prothèses: genou, épaule, hanche), même si il y a également des pathologies notamment au niveau de la colonne vertébrale.
Il y a également beaucoup d’enfants. L’équipe n’est pas formée à la puériculture mais ils en accueillent environ 5 par jour (sur une trentaine de patients). Une grande partie d’entre eux sont lourdement polyhandicapés.

De manière générale, les conditions de travail ici sont meilleures qu’en France. Elles ont plus de matériel (nous portons des masques FFP2 tous les jours), et sont plus nombreuses (4 infirmières pour 25 à 35 patients par jour en salle de réveil). On a globalement le temps de prendre le temps. Le salaire infirmier est également bien plus élevé qu’en France. Elles n’ont pas d’aide soignantes, que ce soit aux soins intensifs ou en salle de réveil. Ici tout est beaucoup moins formel: tout le monde, de l’ASH au chirurgien ou encore au cadre, porte la même tunique (ce qui me donne beaucoup de difficultés à distinguer qui est qui). Les relèves entre la salle de réveil et le service se font au chevet du patient; en effet l’ide vient elle même récupérer son patient en salle de réveil.

Les traitements, même si certaines molécules sont communes, sont relativement assez différents. C’est délicat de devoir réapprendre toute la pharmacologie mais ça s’améliore de jour en jour. Je parle en allemand avec l’équipe et les patients, toute la journée.
Les pratiques sont un peu différentes. Ce qui m’a le plus marqué ce sont les pansements, qui sont faits d’une façon beaucoup moins stérile qu’en France. J’ai vu ici un chirurgien faire un pansement de plaie chirurgicale à J+1 prendre les compresses à pleines mains (gants non stériles) et faire un passage simple avec un antiseptique sans date d’ouverture, avant de remettre un pansement propre.

Globalement, l’équipe est contente de moi. On m’à déjà dit que j’étais prête à venir travailler ici quand je serai diplômée. En revanche je fais très peu (voire pas du tout) de soins techniques. Je vais bientôt passer aux soins intensifs ou ce sera plus diversifié. Ils travaillent avec des respirateurs, des appareils de dialyse etc. En moyenne, aux SI, 1 patient par ide (mais pas d’AS). J’ai hâte d’y aller. "


Merci en tout cas pour ces nouvelles Chloé.

Bureau RI